Jour 4

C'est un peu avant 9h (heure grecque) que nous débarquons le dimanche 10 novembre.
Le temps est un peu gris mais la température est très douce.

A peine Igoumenitsa traversé, nous laissons déjà l'Adriatique derrière nous, pour grimper dans les montagnes.

Les paysages sont vraiment beaux, la route sinueuse quasi déserte, et le soleil jouant à cache cache avec les nuages vient sublimer le tout.

Une journée parfaite pour rouler en fait !

Une petite séance d'orientation à travers Ioannina plus tard (vive l'alphabet grec !), on prend encore de la hauteur direction Metsovo.

Le revêtement devient bien plus aléatoire, ce qui n'est pas pour nous déplaire en fait, on est quand même parti à l'aventure !

Le thermomètre chute aussi. Normal après tout, on monte à près de 1700m. La météo reste tout de même clémente, nous permettant de terminer la journée sans une goutte.

La destination pour notre première nuit en Grèce ? La région des Météores, où plusieurs monastères orthodoxes sont perchés aux sommets d'immenses rochers.

La région est réputée très touristique, et ce ne sont pas les campings, hôtels et restaurants qui foisonnent qui vont nous faire penser le contraire.

Heureusement nous sommes en plein mois de novembre, et le camping où nous décidons de planter la tente offre plutôt une ambiance de ville fantôme. Au moins, on a de la place !

Une rapide sortie au coucher de soleil sur la route montant aux monastères nous permet de profiter d'une vue sublime.

Nous aurons parcouru moins de 300km dans la journée, mais la fatigue accumulée lors de la traversée en ferry nous fait ronfler à peine la nuit tombée.

A partir de cette nuit là, nous avons d'ailleurs adopté un rythme assez décalé par rapport à notre vie en France : réveil aux aurores, départ de bonne heure, et arrêt avant que la nuit tombe.
Et à part en Grèce où nous avions une heure de décalage, tous les autres pays sont à l'heure française. Autant dire qu'il fait nuit tôt !

Jour 5

Ce n'est que quelques minutes avant le réveil, aux alentours de 6h, que la pluie décide d'arriver. Nous nous en serions bien passés pour plier la tente...

C'est donc sous un abri qu'on prend le petit dej, tout en essayant de plier les affaires en les gardant sèches.

Il est un peu moins de 9h quand nous partons, plein nord direction la Macédoine. La pluie, bien que peu intense, est constante jusqu'à la zone frontalière. Une telle météo n'incite pas aux arrêts, on trace donc tout droit.

Le sortie de Grèce nous fait quitter l'Union Européenne et l'Espace Schengen, on en profite pour faire un petit arrêt au Duty Free. A l'entrée en Macédoine, nous sommes très surpris par l'accueil souriant des deux douaniers, profession où semble généralement proscrite toute attitude aimable !

Le temps reste très humide, on ne s'attarde donc pas. Le passage de la frontière est aussi synonyme d'un nouveau changement d'alphabet : au revoir le Grec, bonjour le Cyrillique :)

Là encore la route est très peu fréquentée ; qu'est ce que c'est agréable !

La route n'est pas en très bon état, mais nous avançons à bon rythme, et une centaine de kilomètres plus tard nous arrivons à Ohrid, alors que la pluie s'interrompt.

Nous avons parcouru plus de 300 kilomètres, passé une frontière, hésité un peu à la lecture de la carte, et pourtant lorsqu'on pose les affaires à l'hôtel il n'est même pas 14h.

De quoi se reposer un peu, et se balader dans cette jolie petite bourgade touristique. Là encore, les touristes semblent avoir désertés les lieux, et c'est tant mieux.

17h, il fait nuit noire. Retour à l'hôtel pour un succulent repas de poisson, sans oublier les bières journalières.

La Macédoine est d'ailleurs une très bonne destination pour ceux qui ne veulent pas se ruiner en hébergement et restauration.

A moins de 40€ la nuit, nous avons eu droit à une très belle chambre, et un petit déjeuner si copieux qu'il nous aura fallu plus d'une heure pour en venir à bout.

Même le Lapours en a profité :

Infos sur l'étape

Jour 4 : 260 km
Jour 5 : 330 km
Une nuit de camping aux Météores (Grèce)
Une nuit d'hôtel à Orhid 
Et une journée sous la pluie...

>> Lire l'article suivant : Back to the sea