Peu d'impératifs le lendemain, ce qui nous permet de flâner. Cela fait du bien après tous ces kilomètres !



Pendant que certains font la grasse matinée, d'autres prennent la direction du mini-golf, avant de nous réunir pour plier les tentes. Notre bateau n'est prévu que pour le soir, mais il faut encore payer nos places et trouver l'embarcadère. Nous n'avons pas de temps à perdre !

C'est donc sur nos motos que nous découvrons Helsinki de jour. En s'enfonçant dans le centre, nous remontons de jolies rues pavées bordées de nombreux espaces verts.



Nous suivons quelques instant le tram. Ce dernier n'a pas de voie séparée et se fraye un chemin entre les voitures, qui ont plutôt intérêt à le laisser passer !

Nous longeons le port de plaisance, qui accueille à cette heure ci un marché, et rejoignons ensuite le port de commerce. Les billets payés, nous apprenons que notre embarcadère se trouve près de l'endroit où nous avons dormi, et qu'il nous faut retraverser toute la ville ! Mais avant ça, nous prenons quand même le temps d'aller marcher dans les parcs et les ruelles de la belle capitale finlandaise.



L'heure tourne, et nous devons retourner affronter les bouchons pour rejoindre notre ferry. Mais un bruit suspect en provenance de la Kawa de Guizmo nous force à nous arrêter en urgence : le ventilateur est tombé en panne, et le moteur n'est plus refroidi !



Après quelques démontages et un peu de réflexion, nous trouvons une solution certes provisoire, mais qui sera bien suffisante pour finir le voyage : sans écope droite, le bocal de liquide de refroidissement prend le vent (et les moustiques) afin gagner quelques secondes avant la surchauffe.



Nous embarquons en fin de journée, et prenons nos quartiers dans une cabine avec toilettes, douche, vue sur la mer et couchettes moelleuses. Il y avait longtemps que nous n'avions pas aussi bien dormi !

Après une nouvelle grasse matinée (il faut en profiter !) nous avons toute la journée pour paresser, regarder des films et se ravitailler avec la seule chose dont le prix n'est pas totalement excessif à bord : des hot-dogs.



La traversée aurait été idéale si le mal de mer n'avait pas rattrapé Delphine, malgré les cachets pris à cet effet. Nous débarquons à 22h45 et plantons le tente dès que possible.



Nous sommes réveillés en sursaut le lendemain par d'énormes bruits. Des avions à réaction sont à l'exercice au dessus de nos têtes ! Notre campement est en effet installé non loin d'un base militaire, et nous prenons notre petit déjeuner en admirant le ballet des chasseurs.



Encore beaucoup d'autoroute, deux dernière nuit en camping, et après un détour par la Forêt-Noire nous voilà de retour à la maison ! Après 28 jours d'entrainement, le déchargement des bagages n'est qu'une broutille, et nous rentrons dans nos familles, heureux d'êtres de retour, mais nostalgiques des paysages norvégiens, de la majesté des rennes, de la beauté des fjords, de la nature sauvage du nord et surtout de l'aventure !













Toutes nos photos sont désormais disponibles en haute résolution, dans cet article comme dans les précédents, en cliquant simplement dessus !