Après un premier jour radieux, nous découvrons la Norvège sous un voile de pluie. Les routes et les paysages sont toujours aussi jolis, mais la conduite est quand même un peu moins plaisante.


Gaëlle est un peu crispée, et malgré nos conseils ne réussit pas à se détendre sous la pluie. Son épaule ne tarde pas à la faire vraiment souffrir. Nous nous arrêtons donc plus tôt que prévu, et prenons position dans notre première hytte, une petite cabane en bois qui nous permettra de nous réchauffer et nous reposer.
Le lendemain, le soleil est revenu. Nous vérifions comme (presque) chaque jour la pression de nos pneus avant de partir.


Nous continuons en direction du nord. Les virages et les petites routes s’enchainent, pour notre plus grand plaisir ! Gaëlle a aussi retrouvé la forme ! 


Nous sommes étonnés à chaque moment de trouver de l’herbe aussi verte le long des routes ; rien à voir avec nos pelouses grillées dès le mois de mai…


Les kilomètres s’enchaînent, et le soleil est toujours au rendez vous ! Nous commençons à voir les premières neiges au bord des routes… Nous croisons beaucoup de touristes comme nous, principalement allemands et italiens.
Nous arrivons le soir, éprouvés  par cette longue journée pleine de belles images, dans un camping sympathique (et pas cher), avec une vue magnifique sur un glacier…


Le lendemain sera une journée touristique, nous menant d’abord jusqu’au pied du Dalnisba, qui s’avère être… une route de terre !


5 kilomètres de route non goudronnée en lacets, menant en haut d’un point de vue impressionnant du fjord Geiranger.


Nous croisons en route quelques rennes. Ce premier contact avec la faune norvégienne méritait vraiment un arrêt, ce que nous avons fait ! Pendant ce temps, la petite meute de rennes avait décidé de changer d’endroit, en passant par notre route et poursuivant Delphine qui prenait des photos, ce qui nous a valu un fameux cliché !



Après avoir profité de la magnifique vue, nous nous remettons en selle pour nous rendre à  Trollstingen (la route des trolls), assez impressionnante qui plus est ! Une route toute en lacet et dévers.  Malheureusement il fallait aussi avoir l’œil sur la route, et ne pas trop garder la tête en l’air !


Un peu plus loin, nous suivons sur plusieurs kilomètres deux voitures étrangement bariolées :


A la faveur d’une traversée en ferry, la discussion s’engage avec ces cinq sympathiques anglais, qui participent à une course caritative les menant au delà du cercle polaire arctique, que nous franchirons aussi par la suite. Bonne chance !


De notre côté, il est grand temps de faire une lessive. Mais les instructions en norvégien ne nous aident pas, et à minuit nous sommes encore en train de rincer et d’essorer notre linge après que la machine à laver nous ait laissé tomber !