Mardi 12 août

Départ : 9h le mardi, de Bollène (Vaucluse).

Objectifs de la journée : Passer par le Mont Ventoux, puis aller le plus possible à l'Est, direction le parc national du Mercantour.

Arrivée : A la N202, au sud des Alpes de Haute Provence

Distance : Environ 280 km

Météo : Ciel couvert, soleil, et pluie en fin de soirée

Itinéraire :

Col passés :
Col des Tempêtes (1841m), Mont Ventoux
Col d'Ayen (1031 m), Alpes de Haute Provence
Col de Toutes Aures (1124 m), Alpes de Haute Provence

Départements traversés :
84 - Vaucluse
26 - Drôme
04 - Alpes de Hautes Provence

Déroulement de la journée :

Réveil plutôt matinal, on range le matériel et on boit un bon café tout chaud chez les propriétaires du hangar.

On roule, on passe Vaison la Romaine, un peu surpeuplée à cette époque de l'année, et on entame l'ascension du Mont Ventoux.
Nous voilà arrivés au sommet, où une petite bise est venue nous rappeler que, malgré la période estivale, il ne faisait guère bon de pic niquer là haut !

A peine entamons-nous la descente qu'un nouveau panneau de col nous fait un clin d'œil :

Et la descente continue !

Nos ventres criant au désespoir, nous décidons de nous arrêter. Un petit coin d'herbe sur le bord d'une route défoncée est l'endroit rêvé !

Puis on reprend la route, et nous voilà déjà dans les Alpes de Haute Provence, avec ses champs de lavande et ses routes désertes.

Quelques instants avant Forcalquier, nous faisons une nouvelle pause.

Vincent nous annonce alors que son YBR et lui ne comptent pas nous suivre jusqu'au bout ... Nous voilà à nouveau seulement 2 pour la suite de l'aventure !

Le voyage continue. On rate une bifurcation, et au moment de faire demi tour, un panneau "Gorges du Verdon" nous attire irrémédiablement ... Nous découvrons cette fameuse route des gorges :

Nous y passons un nouveau col...

Avant d'y découvrir un joli coin pour faire bronzette et se décrasser un peu !

On repart, passe de nouveau un col (le début d'une longue série)

Et surtout on profite des routes du sud !

Malgré tout, l'heure tourne, et malgré un ciel relativement dégagé, nos petits doigts nous disent qu'il vaudrait mieux ne pas dormir à la belle étoile.
Nous empruntons donc un petit chemin caillouteux où nous trouvons un petit coin plat et propice à l'établissement d'un camp.

Après un bon repas chaud (cette fois, nous avions pensé au gaz, même si ce fut dur de le faire fonctionner...), nous avons pu nous endormir l'un à côté de l'autre, avec comme seuls voisins deux motos boueuses et un ruisseau.

Bien que le plantage fut dur, le choix de la tente fut judicieux : un bel orage éclata peu avant minuit !

Ce fut donc une belle journée, avec une météo clémente, et notre arrivée dans les Alpes !


Lire la suite...